En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu GIS Relance agronomique

GIS RELANCE AGRONOMIQUE

Zone de texte éditable et éditée et rééditée

Journée Casdar 2018

© Inra, Richard Villalon/Fotolia
Des solutions innovantes pour répondre aux enjeux du secteur agricole et de la transition agroécologique : la 7ème journée de restitution des programmes de R&D financés par le Casdar "Innovation et partenariat" et "Recherche finalisée et innovation " a eu lieu le 17 janvier 2018 à l'APCA à Paris.

Le 17 janvier 2018, le GIS Relance agronomique a organisé avec le Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, la 7ème journée de restitution des programmes de R&D financés par le Casdar (Compte d’affectation spéciale « développement agricole et rural »).

Parmi les 31 projets, 16 ont donné lieu à une présentation orale. La journée s’est organisée autour de quatre sessions alternant présentations détaillées et présentations « flash » :

 -       Qualité des produits et distribution

 Le projet Lactaf a permis d’améliorer la maîtrise de l’affinage des fromages fermiers lactiques, technologie la plus couramment utilisée à la ferme, en fournissant des outils et des références aux producteurs et aux techniciens qui les accompagnent. Le projet Qualenvic s’est attaché a développer une méthodologie d’évaluation multicritère (Contra Qualenvic) combinant évaluation de la performance environnementale et évaluation de la qualité des produits et appliquée à deux types de production : le lait de vache et le vin.

De son côté le projet Ariage s’est intéressé aux méthodes de contrôle de l’architecture des plantes horticoles. Deux méthodes culturales ont montré un intérêt pour limiter la hauteur des plantes : la restriction hydrique et la stimulation mécanique.

Enfin, le projet Interval portait sur des aspects liés à la distribution de produits et plus particulièrement les circuits courts et de proximité mettant en œuvre un partenariat entre l'agriculteur et un intermédiaire ou un prestataire. Ce projet a permis d'appréhender et de décrypter les éléments de blocage ou de vigilance en matière de coopération.

-       Bien-être, santé animale et humaine

La santé des élevages bio est au cœur du projet Synergie. Celui-ci fournit des références et des recommandations pour la consolidation et la mise en pratique d’une approche globale de la santé à destination des éleveurs, des conseillers et des vétérinaires.

Le projet Accec s’est quant à lui penché sur la douleur animale. Il a débouché sur le développement d’outils d’accompagnement des éleveurs pour soulager la douleur durant l’écornage des jeunes veaux et la caudectomie des porcelets, et à minimiser les facteurs de risques associés à la caudophagie chez le porc.

Mammovicap est un projet centré sur la maîtrise des mammites en élevages de petits ruminants et, de son côté, le projet Braviporc a permis de mieux comprendre la contamination des produits animaux par les polluants organiques persistants émergents. 

-       Santé des plantes

Le projet Biocontrol s’est attaché à étudier les relations entre la proportion d’habitats semi-naturels autour d’une parcelle de vigne et le niveau de régulation des insectes ravageurs. Drosophila suzukii génère des dégâts très importants sur différentes espèces fruitières. Le projet du même nom avait pour enjeu de permettre le maintien de la production dans les filières concernées en apportant des connaissances sur D. suzukii et des solutions à court, moyen et long terme.

Le projet EcoRessources a permis d’identifier et de décrire des systèmes de culture économes et performants au sein de 6 groupes du réseau des fermes DEPHY. L’ensemble de ces données a constitué une base pour la production de ressources. Le projet interroge sur la place des références dans la démarche de changement de système en mettant l’accent sur la phase d’appropriation par des tiers.

Enfin, l’utilisation des huiles essentielles dans les stratégies de protection des cultures a été étudié sur 4 principales maladies des cultures (mildious de la pomme de terre, de la vigne et de la salade, tavelure du pommier).

  -       Outils, méthodes et pratiques pour la multi-performance des systèmes de production

L’impact de l’introduction de légumineuses dans les systèmes de culture que les émissions de protoxyde d’azote a été étudié par le projet Leg-N-GES. Les émissions mesurées en cultures principales de légumineuses sont généralement très significativement réduites en comparaison des cultures fertilisées, cependant la dégradation des résidus des légumineuses (en culture ou en couverts) peut générer des émissions de N2O.

Le projet EcoAlim a, quant à lui, évalué les bénéfices environnementaux associés à la production d’éco-aliments, c’est-à-dire d’aliments avec des impacts environnementaux réduits. Il a produit et rendu accessibles les données d’impacts des matières premières utilisées dans les aliments composés, ainsi qu’une méthodologie de formulation multiobjectif qui permet de gérer simultanément des critères environnementaux en plus du critère prix habituel. Le projet Reprobio a réalisé un état des lieux de la gestion de la reproduction en élevages ovins et caprins et, sur cette base, de nouveaux outils.

Cartographier les infrastructures agro-écologiques est une étape importante pour évaluer la qualité des paysages et prédire l’impact d’aménagements. La télédection est un outils intéressant pour atteindre cet objectif à coût raisonnable et sur une surface importante Le projet Tél-IAE s’est proposé d’évaluer des méthodes de télédétection existantes et d’en développer de nouvelles.

Agriculteurs et conseillers : évolution des métiers, évolution des compétences et des formations

La session finale de cette journée s’est intéressée à l’évolution des métiers d’agriculteur et de conseiller et les conséquences en termes de compétences et de formation. Elle a débuté par une intervention de Muriel Mahé du CEP (Centre d’Etudes et de Prospective du Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation), autour de la « Prospective des métiers, qualifications et emplois liés à l’enseignement agricole » (octobre 2017) qu’elle a coordonnée. Pierre Labarthe, chercheur à l’Inra de Toulouse sur le conseil et l’innovation en agriculture et coordinateur du projet européen H2020 AgriLink a également apporté son point de vue sur cette question.

Voir aussi

Retrouvez la présentation en 3 minutes de chacun des 31 projets lauréats 2012 sur la chaîne Youtube du GIS Relance Agronomique

Et consultez les articles de synthèse dans la revue « Innovation agronomique » accessible en ligne.