En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu GIS Relance agronomique

GIS RELANCE AGRONOMIQUE

Zone de texte éditable et éditée et rééditée

UMT VIROcontrol 2 "Recherche, caractérisation et maîtrise de danger associé à la présence de virus entériques dans les aliments et leur environnement"

Pilote : Actalia. Partenaire : CNRS-Université de Lorraine

Cette UMT a été labellisée en janvier 2017 pour une durée de 5 ans. Elle est affiliée au réseau ACTIA.

La surveillance et la gestion du risque viral dans les aliments (traités ou non) sont une préoccupation de santé publique majeure et représentent un enjeu économique important pour les filières de production à risque (conchylicole, végétaux frais et transformés, filière porcine).

L’UMT VIROcontrol est ciblée sur la problématique des virus entériques transmissibles à l’Homme par voie orale. Ces microorganismes pathogènes représentent une préoccupation importante pour les pouvoirs publics (DGAL et DGCCRF), les industries aquacoles, agricoles et agroalimentaires, et les traiteurs d’eaux (eau potable et eaux usées). Les dernières données épidémiologiques (EFSA, 2016a), le renforcement des mesures de contrôle pour des aliments importes à partir de régions à risque (alertes sanitaires émises par le RASFF) et l’accès facilite a l’analyse virale dans les aliments depuis la diffusion de méthodes standardisées (ISO 15216, 2013) convergent tous vers la nécessite de mettre en œuvre des solutions et des mesures de maitrise appropriées pour mieux appréhender le risque viral dans les aliments.

L’ambition de cette UMT VIROcontrol II s’inscrit dans la continuité de la précédente UMT et des connaissances nouvelles apportées sur les norovirus et le VHA depuis 2011 sur i) la caractérisation du danger infectieux associe à une détection positive en RT-qPCR et, ii) l’évaluation de l’efficacité virucide des procédés et des traitements technologiques usuels et innovants.

Dans ce contexte, les objectifs poursuivis sont les suivants :

  • Mettre au point une méthode d’estimation du danger viral dans les aliments,
  • Valider des stratégies industrielles pour la décontamination virale des aliments par le développement d’outils spécifiques applicables sur le terrain,
  • Evaluer l’exposition au risque viral (norovirus, VHA, VHE) dans les aliments et l’environnement.