En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu GIS Relance agronomique

GIS RELANCE AGRONOMIQUE

Zone de texte éditable et éditée et rééditée

UMT Nova²Cidre "Innovation pour la filière cidricole : durabilité et lien amont-aval"

Pilote : IFPC. Partenaires : Inra - UMR BIA

Cette UMT fait suite à l'UMR Novacidre. Elle a été labellisée en janvier 2017 pour une durée de 5 ans. Elle est affiliée au réseau ACTIA.

Le projet de l’UMT Nova²cidre est centré sur des questions relatives à l’amélioration des qualités des produits qui est segmentée en trois composantes : les qualités organoleptiques ; les qualités technologiques/économiques ; les qualités sanitaires, nutritionnelles et environnementales.

Les « Qualités organoleptiques» regroupent, pour ce qui est des composantes qui seront étudiées dans l’UMT, les perceptions gustatives (en particulier la perception d’astringence et la saveur amère), olfactives (favoriser la présence d’arômes fruités et éviter les défauts d’odeur liée aux composés soufrés et phénols volatils) et visuelles (en particulier couleurs et troubles non souhaités).

Sous le terme « Qualités technologiques » sont regroupés un ensemble de propriétés des fruits, moûts ou coproduits qui ont une influence sur le déroulement, l’organisation ou la rentabilité des procédés de transformation cidricole.

Enfin sous le terme « Qualité sanitaires, nutritionnelles et environnementales » sont rassemblés à la fois les risques réels ou supposés de toxicité (mycotoxines, contaminants chimiques dus aux traitements phytosanitaires ou à la diffusion depuis les matériaux au contact des produits), les qualités nutritionnelles supposées (en particulier celles liées aux polyphénols) ainsi que les qualités environnementales (variétés résistantes, systèmes de culture faible intrant…).

La démarche générale de l’UMT Nova²cidre est construite sur la base de trois objectifs complémentaires :

  • Acquérir des connaissances scientifiques et techniques (connaissances spécifiques à la filière ou venant d’autres filières),
  • Structurer et intégrer les connaissances en les adaptant à la situation réelle de la filière.
  • Proposer des itinéraires technologiques nouveaux ou améliorer les itinéraires existants.

Il s’agit aussi de favoriser le transfert des connaissances afin de rendre applicables et appliquées les innovations proposées en les diffusant par divers canaux et en formant les opérateurs économiques de la filière.